Catégorie: Voyage Voyage

À un moment, faut rebondir…

J’ai passé toute l’année à inonder ce blog de notes pathétiques ou je n’ai fait que m’épancher sur la douleur de mon amour perdu.

15 notes en tout. J’ai compté. Sur 9 mois.

Remarquez, j’ai eu la délicatesse de password-protecter le tout.

C’est du franglais. L’expression me parait plus parlante. J’aurais du écrire « la délicatesse de protéger le tout par un mot de passe« . Je trouve password-protecter plus incisif. C’est une affaire de gout. Ça ne se discute pas. Bref.

Mais maintenant ça suffit. Les moins longues sont les plus courtes. Vous lisez ces lignes, j’ai enlevé la protection par mot de passe, et j’arrête d’écrire des notes pleureuses.

J’AVANCE.

D’autant plus que je vais avoir des trucs à vous raconter dans les jours qui viennent. Oui oui oui. J’écris ces lignes – figurez vous – depuis un voilier au mouillage, à environ 300 mètres du pont de Las Americas au Panama.

Ce pont est situé précisément à la sortie du canal de Panama. Ça ressemble à ça:

WP_20140703_06_47_30_Pro

 

Forcément, ancré à 100 mètres du chenal, on voit passer des gros bateaux (genre barre d’immeubles, mais qui flotte):

WP_20140703_07_11_59_Pro (1)WP_20140703_07_13_20_ProWP_20140703_07_52_16_ProWP_20140703_07_52_32_ProWP_20140703_08_05_25_Pro

 

J’aime bien les gros bateaux.

Demain, on part aux Galapagos. Ah mais au fait, je vous présente mon équipage:

WP_20140702_16_31_12_Pro

De gauche à droite: Caroline, Chris, Bat et votre serviteur.

Je vous renvoie un petit mot à la prochaine escale.

 

Be the first to like.
Catégorie: Egoisme

Le message que je ne vais pas envoyer

Je suis vraiment pas sur que mon avis t’intéresse, mais je repense à ce que tu m’as dit, que tu recommençais tout à zéro. C’est pas vrai. T’as une expérience HALLUCINANTE pour une nana de ton âge. T’as une énergie de tarée, t’es promise à un super avenir, j’ai aucun doute la dessus et je suis objectif.

Tu recommences pas à zéro, tu continues, tu testes, t’essayes et c’est une super façon d’aborder la vie.

Au-delà de ce que je peux ressentir pour toi, je suis admiratif de ton attitude

Allez, je te fous la paix

Be the first to like.
Catégorie: Egoisme

Il est à toi, ce plâtre

Tu m’as quitté…

J’ai été triste…

Pour noyer mon chagrin, j’ai volé…

Puis j’ai atterri…

Tous les jours.

Je te dédie ma fracture !

 

Be the first to like.
Catégorie: Egoisme

J’aurai mieux fait de me taire

Grosse rechute depuis hier soir. Larmes, ventre qui se tord, moral à zéro, envie déchirante de la voir.

Ça ne finira donc jamais ?

Be the first to like.
Catégorie: Egoisme

Encore faire mon relou avec ça

Je crois que si je prends la peine de l’écrire, c’est que ça me touche encore, mais MAIS MAIS MAIS

Je crois que ça commence à passer.

En tout cas, j’arrive à penser à elle sans pleurer depuis 2 jours.

C’est difficile à décrire…

Je crois que j’ai bien fait de lui dire de ne plus m’appeler.

D’ailleurs, la prochaine fois que je me fais larguer, je coupe tout le jour même.

Putain qu’est ce que j’en ai chié.

Et puis vous savez quoi ? Au mois de Juillet, je vais traverser l’Océan Pacifique.

Ouaip. Et ça c’est bon.

Be the first to like.
Catégorie: Egoisme

5 secondes

Donc, à la louche, ça fait 174 jours que tu as estimé que je ne correspondais pas à tes critères.

Et ce matin, ô miracle, je crois qu’il s’est écoulé un délai d’environ 5 secondes entre le moment ou j’ai émergé et le moment ou je me suis mis à penser à toi.

C’est un progrès énorme.

Je t’aime encore connasse.

 

Be the first to like.

L’Eau de Coco

WP_20140315_003WP_20140315_004WP_20140315_005 WP_20140315_006 WP_20140315_007WP_20140315_008WP_20140315_012

Be the first to like.
Catégorie: BD, Egoisme

La pichenette de la vie.

Je vous saoule avec mes déboires sentimentaux. Hein. Avouez le. Z’en avez marre de me lire gémir et me lamenter ?

M’en fous, j’ai mis un mot de passe, personne ne peut me lire. Je m’écris tout seul. Ça me soulage.

Elle m’a appelé. J’étais pas là. Elle a demandé que je la rappelle. Je l’ai pas rappelé. Je lui ai envoyé un mail:

mail D

 

Puis après, j’ai chialé toute la journée. Évidemment elle a pas répondu, et puis elle a pas rappelé non plus. Et moi, comme une burne que je suis, je culpabilise parce que j’ai l’impression de ne pas être là pour elle.

Était-ce une bonne décision de ne plus vouloir communiquer avec elle ? Nous ne le saurons jamais. Enfin peut être mais pas tout de suite.

Puis hier soir, pour me changer les idées, j’ai lu Thorgal. Vous connaissez Thorgal ? Les aventures de l’enfant des étoiles, élevé par les vikings ? Puis voilà ce que je lis dans les dernières cases de la dernière planche du Mal Bleu, tome 25 (choisi complètement au hasard – soit dit en passant):

Thorgal chagrin d'amour

 

Voilà, voilà…

Be the first to like.
Catégorie: Egoisme

Tu m’as appelé ?

Tu m’as téléphoné tout à l’heure. Je n’étais pas là, les enfants ont pris l’appel. Tu leur as demandé que je te rappelle.

L’idée que tu m’aies appelé pour me confier que tu avais réalisé, après ces mois d’absence, que ton amour pour moi était toujours aussi fort, que tu regrettais ta décision, et que tu voudrais que nous prenions un nouveau départ, m’enchante.

Hélas, il faut être lucide. Ce n’est pas pour ça que tu m’as appelé. Tu m’as appelé simplement parce que tu souhaites avoir de mes nouvelles, et que tu es sincèrement – peut-être pas inquiète – mais au moins curieuse de savoir comment je vais. Parce que tu es comme ça, parce que tu as de l’affection pour moi, et parce que tu es foncièrement une bonne personne. Une belle personne devrais-je dire.

Je vais bien. Mieux. Je me permets même de ne pas te rappeler tout de suite. De te laisser un peu attendre. C’est quelque chose que j’étais incapable de faire jusqu’à présent. Guettant le moindre signe de ta part, je ne pouvais me retenir plus de 5 minutes avant d’y répondre lorsque tu en envoyais un. Te faire attendre me permet de me bercer de l’illusion de ton désir de m’entendre. Peut-être ressentiras-tu même un manque à mon égard ? Mon indifférence pourrait-elle réveiller quelque chose en toi ? Je le rêve de tout cœur. Ce mirage me plait.

Mais revenons à la réalité. J’ai compris certaines choses, je crois. D’abord, je voulais que tu saches que jamais je n’ai été avec toi pour ne pas être seul. Ça ne me dérange pas d’être seul. Je suis même mieux seul. J’ai été avec toi parce que je t’aime profondément et intensément. On ne m’enlèvera pas l’idée que tu es une femme extraordinaire. Tu es ma femme idéale.

Je t’aime pour ta qualité principale : ta force de caractère. J’aime aussi ta générosité, qui est exceptionnelle. Je t’aime aussi pour tes défauts. Ton manque de persévérance est le plus gros d’entre eux, je crois. Cette manie que tu as de commencer tant de choses sans jamais les finir. Et dont notre relation a été une victime collatérale.

Ne te méprend pas sur le sens de mes mots. J’ai bien sur ma part dans l’échec de notre histoire. Probablement plus importante que la tienne. Je le reconnais volontiers. Baignant dans un tel bonheur, je me suis laissé aller. Et je ne peux m’empêcher de me demander : si je n’avais pas fait toutes ces conneries avec toi, serais-tu restée ou m’aurais tu quitté quand même ? La réponse à cette question m’anéantit si j’y pense vraiment. Je préfère oublier.

Je t’aime encore. À en crever. Je t’aimerai encore longtemps. Jamais je ne me suis senti aussi bien que lorsque tu étais à mes côtés. Tu es ma plus belle rencontre.

Je ne veux pas te rappeler, parce qu’entendre ta voix sucrée me procure un bonheur intense,  puis je passe la semaine qui suit notre conversation à pleurer des rivières de t’avoir perdue. J’essaye de rationaliser tant que je peux mes sentiments, mais je ne peux pas lutter contre la sensation de bonheur et de bien être qui m’envahit à ton contact.  Le mieux que je puisse faire, c’est accepter d’y renoncer sans trop d’amertume, en essayant d’apprécier les choses simples de la vie.

Prend soin de toi.

Be the first to like.
Catégorie: Egoisme

C’est vraiment super relou maintenant

154 jours.

154 réveils.

Il parait que le manque ressenti après le départ de l’être aimé n’est pas proportionnel à l’amour qu’on ressentait pour la personne.

Personnellement je ne sais plus. Si je l’aimais tant, pourquoi ne lui ai je pas plus montré quand elle était là ?

Si je l’aime tant, pourquoi ne partirais-je pas la chercher ? C’est parce que j’ai peur qu’elle refuse de me suivre.

Ne devrais-je pas y aller quand même ? Pour essuyer ce refus ? Cela ne me permettrait-il pas de tourner définitivement la page ?

Je repense à la froideur que j’ai vu dans ses yeux. Pourquoi lutter contre ça ? Pourquoi ne pas simplement l’accepter et vivre ma vie ?

Je ne sais plus. Enfin si je sais. Je sais que je t’aime encore.

Plus que jamais.

Be the first to like.
RSST'en veux encore?